Usage de la trottinette : « Il y a beaucoup de comportements déviants »

trotinette-Candid_Shots-Pixabay

Une étude met en lumière les mauvaises habitudes qu’ont les usagers des trottinettes sur les routes…

 

Téléphone, alcool, drogue…

Pour le président d’Axa Prévention, Éric Lemaire, « il y a beaucoup de comportements déviants ». Selon le baromètre de la sécurité routière, publié par l’association, les usagers de trottinettes électriques respectent moins le Code de la route que les autres. Comme le rapportent les médias français dont France Info, ce sondage se penche plus particulièrement quant au recours des trottinettes et autres EDPM (Engin de déplacement personnel motorisé), en 2021.

En somme, 237 usagers de trottinettes ont été sondés, et 78% assument téléphoner en roulant, 72% consultent ou envoient des SMS, et 65% consultent ou publient sur les réseaux sociaux. Ensuite, 49% circulent après avoir bu + de 2 verres d’alcool, et 45% après avoir pris des produits stupéfiants

A lire aussi : Trottinettes électriques : bientôt interdites pour les moins de 8 ans

 

« Jouet augmenté »

Pour Éric Lemaire, cette situation est liée au sentiment « que la trottinette est un jouet augmenté ». Parce que les trottinettes ne sont pas considérées comme dangereuses, même sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants, les usagers devenant alors « inconscients », estime le président d’Axa Prévention. Ce dernier regrettant aussi des « problèmes de réglementation », mais aussi, un manque de campagne de communication en ce qui concerne les règles s’imposant aux EDPM.

Ils sont donc 79% à assumer rouler sur le trottoir, 68% ne pas porter de casque (même si ce n’est pas obligatoire) et 66% ne s’arrêtent pas au feu orange.