2019 en route vers le changement

Nouvelle année, nouvelles mesures. Automobiliste, découvrez tout ce qui va changer en 2019.

 

La nouvelle année amène son lot de changement de réglementation, notamment dans le secteur automobile. A la suite de la crise des Gilets Jaunes, il y en aura moins que prévu, le gouvernement ayant changé d’avis notamment sur la hausse des taxes pour les carburants.

 

Instauration d’un forfait covoiturage

Au 1er janvier 2019, l’Etat instaure un forfait de 200 euros par an qui servira à exonérer de cotisations sociales les entreprises choisissant de prendre en charge les frais de covoiturage engagés par les salariés. Les collectivités locales pourront en outre subventionner les offres de covoiturage pour en faire une solution de mobilité. La loi leur donnera aussi la possibilité de mettre en place des voies réservées au covoiturage ou aux véhicules les moins polluants sur les grands axes, autoroutes et périphériques.

 

Fin de l’exonération pour les pick-up

Jusqu’à présent, les pick-up étaient épargnés par le malus écologique. Ce coup de pouce, qui visait à l’origine les véhicules utilitaires professionnels, a été détourné au profit des amateurs de 4×4. Le gouvernement a donc décidé de sévir. En 2019, les pick-up seront « malussés », et soumis à la taxe sur les véhicules de société. Les modèles vraiment utilitaires, avec simple cabine, resteront épargnés.

 

Endurcissement du contrôle technique

A la suite de la crise des Gilets Jaunes, le nouveau contrôle technique initialement prévu au 1er janvier 2019 a fait l’objet d’un moratoire de 6 mois et devrait donc entrer en vigueur au 1er  juillet sauf abandon pur et simple. Les nouvelles règles visent à limiter l’opacité des fumées de diesel et de plusieurs polluants libérés par les moteurs à essence.

 

Renforcement de la prime à la conversion

En 2019, l’Etat s’engage à aider les Français les moins aisés dans leur démarche pour changer de voiture. Les 20% des ménages les plus modestes et les personnes non imposables qui font au moins 60 km par jour pour aller travailler verront la prime à la casse doublée. Soit 4 000 euros pour l’achat d’un véhicule thermique neuf ou d’occasion et 5 000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable neuf ou d’occasion.

Le dispositif de 2018 (1 000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique d’occasion ou d’un véhicule thermique parmi les moins polluants neuf ou d’occasion et 2 500 euros pour un électrique neuf) devrait être prolongé pour les ménages imposables. Le bonus écologique de 6 000 euros (dans la limite de 27% du prix) pour l’achat (ou la location d’au moins deux ans) d’une électrique neuve est quant à lui prolongé. Cette aide est cumulable avec la prime à la conversion.

 

Défiscalisation des aides aux transports des collectivités

L’aide aux transports de 20 euros  proposée par les Hauts-de-France pour ceux qui doivent faire plus de 30 kilomètres par jour pour se rendre au travail sera étendue dans toute la France. Dès le 1er janvier, ces catégories d’aides seront défiscalisées pour le transport individuel, mais également pour le covoiturage.

 

Renouvellement des cabines de radars

Dans son programme de déploiement, la Sécurité routière prévoit l’installation de 6 000 radars tourelles à l’horizon 2020. Ils ont été premièrement installés en Guadeloupe, mais la France métropolitaine

n’est pas en reste. Plusieurs préfets ont déjà communiqué sur le sujet. Le gouvernement table sur une hausse des recettes de 12 %, à 1,04 milliard d’euros, causée par les limitations de vitesse sur les voies secondaires mais aussi grâce au déploiement des redoutables radars tourelles.

 

Revalorisation des indemnités kilométriques

Le barème des indemnités kilométriques sera majoré de 10% pour les petits véhicules de 3CV fiscaux et de 5% pour les modèles à 4CV fiscaux. Par exemple, un contribuable roulant avec un véhicule de 3 CV et parcourant 3 000 kilomètres par an pourra déduire 1 353 euros en 2019 au titre de ses frais de véhicule, contre 1 230 euros en 2018 (+10%).

 

Durcissement du malus écologique

Le malus écologique pénalisera désormais les voitures qui émettent 117 grammes de CO2 et plus, contre 120 actuellement. A 117 grammes, il faudra débourser 50 euros en plus de la facture l’an prochain. Le bonus écologique (jusqu’à 6.000 euros de ristourne) est quant à lui maintenu, dans des conditions identiques à celles de 2018.

 

Hausse des prix de l’assurance auto

Le prix de l’assurance auto devrait connaître une légère inflation, en 2019. Selon les spécialistes du secteur, Les tarifs des assurances automobiles devraient augmenter de 1% à 1,5%.

 

Limitation de la période probatoire du permis de conduire

Il sera désormais possible de raccourcir la durée du permis probatoire en suivant une formation post-permis. Cette formation se déroulera en une journée durant 7 heures et permettra à ceux qui n’ont pas commis d’infraction d’obtenir leurs douze points au bout de deux ans (au lieu de trois). Cette formation, dispensée par les écoles de conduite, doit être suivie entre six mois et un an après l’obtention du permis.

 

Exclusion des vieilles voitures des environs de Paris

Les véhicules équipés d’une pastille Crit’Air 4 ne pourront plus entrer dans Paris en semaine dès le 1er juillet 2019, a confirmé Anne Hidalgo. Un véhicule diesel ne pourra pas avoir plus de 13 ans maximum pour entrer dans Paris intra-muros. Les voitures de particuliers et les utilitaires légers sont concernés