Pourquoi rouler à vélo risque de coûter plus cher ?

Illustration de vélo ectrique - SYSPEO/SIPA

Tout le marché du vélo, surtout les prix, menace d’augmenter cette année. Pourquoi ?

 

Victime de leur succès

La crainte des transports en commun liée à la pandémie de coronavirus a accéléré le succès des vélos. Ces derniers mois, les ventes de vélos ont bondi de 15 à 20%, selon les estimations. Pour le cas particulier de Vélib’, les vélos électriques ont été plus utilisés que ceux classiques. Cela a entraîné encore plus de réparations.

Par ailleurs, le vélo est victime de son succès puisqu’il y a plus de demandes que d’offres que ce soit pour les vélos neufs, électriques ou classiques que les vélos à réparer. En outre, l’opération « coup de pouce vélo » du gouvernement a complètement mis sous l’eau certains ateliers de réparation de vélo. Ainsi, rouler à vélo risque ainsi de vous coûter cher cette année.

 

Un problème d’approvisionnement

Les sociétés fabriquant les vélos ont aussi rencontré un autre problème, celui de l’approvisionnement. En effet, 95 % des pièces viennent d’Asie. Le confinement lié au coronavirus les a bloqués. Par ailleurs, le prix du transport maritime a énormément augmenté, soit de 500 à 600 %.

Quant au délai de livraison de certains modèles, il est carrément d’un an. Il faut ainsi compter jusqu’à 20 % de hausse des tarifs des vélos.

 

A lire aussi : Vélo électrique : la nouvelle tendance à La Réunion